La sarcopénie : le nouveau mal du siècle ? - Alimentation, Santé et Bien être

La sarcopénie : le nouveau mal du siècle ?

L’Europe voit la prévalence de la sarcopénie augmenter. Des chiffres inquiétants qui devraient être pris en compte par les pouvoirs publics pour que la population vieillisse en meilleure santé.

La sarcopénie serait en voie de devenir une épidémie en Europe, selon les résultats d’une étude présentée au congrès World Congress on Osteoporosis, Osteoarthritis & Musculoskeletal Diseases .

La sarcopénie est une maladie associée au processus de vieillissement. Les signes de cette maladie sont la perte de la masse osseuse et de la force musculaire. En conséquence, des troubles de l’équilibre et de la démarche ainsi qu’une perte de l’indépendance avec à terme de plus en plus de difficultés pour effectuer des tâches de la vie quotidienne. En raison de sa complexité, il existe plusieurs moyens de la diagnostiquer.

Les chercheurs de l’Université de Liège, en Belgique ont utilisé la base de données en ligne d’Eurostat. Ils ont récupéré l’âge et les projections démographiques propres à chaque sexe pour 2016 à 2045 sur 28 pays européens.

Des mesures pour vieillir en bonne santé

Les conclusions des chercheurs sont alarmantes et révèlent que la sarcopénie est en voie de devenir un problème de santé publique et de devenir une épidémie.

En effet, selon les estimations de prévalence les plus faibles, le nombre de personnes souffrant de sarcopénie en Europe en 2016 dépassera les 10 millions (10 869 527). En 2045, ce chiffre augmenterait de 72,4% et passerait à 18 735 173

Selon les estimations de prévalence les plus élevées, le nombre de personnes touchées par cette pathologie en Europe en 2016 atteindrait près de 20 millions. En 2045, plus de 32 millions d’individus souffriront de ce mal de la vieillesse, soit un bond de 63,8%.

«Quel que soit le mode de diagnostique pour définir la sarcopénie, sa prévalence augmente en Europe. Il est donc essentiel de mettre en œuvre des stratégies de prévention et de gestion de cette maladie efficaces. Les autorités sanitaires doivent prendre des mesures pour aider les Européens à vieillir en bonne santé», a conclu le Dr. Olivier Ethgen, auteur de l’étude.

commentaires

commentaires