Grippe aviaire : « risque élevé » dans de nombreuses communes - Alimentation, Santé et Bien être

Grippe aviaire : « risque élevé » dans de nombreuses communes

Le risque de grippe aviaire est passé de « négligeable » à « élevé » dans certaines régions de France. Quelles seront les conséquences pour les éleveurs ?

Plusieurs cas d’influenza aviaire hautement pathogène

Selon un arrêté publié au Journal officiel, il existe un nouveau risque de grippe aviaire dans de nombreuses communes françaises. Cette mesure « fait suite à la découverte de plusieurs cas d’influenza aviaire hautement pathogène de sous-type H5N8 dans l’avifaune et sur des volailles d’élevage commerciaux en Allemagne, en Suisse et dans d’autres pays de l’Union européenne », ont fait savoir les autorités françaises.

Le risque a été relevé de « négligeable » à « modéré » ou même « élevé » dans certains coins de France. Les zones les plus à risques sont les zones humides, les territoires situés dans les estuaires du littoral, sur les côtes et près des lacs, où les oiseaux sauvages migrateurs porteurs du virus pourraient faire des haltes.

Doit-on s’inquiéter ?

Cet arrêté est un nouveau coup dur pour les éleveurs, déjà durement touchés par une épidémie de grippe aviaire l’an dernier. Dans les zones où le risque est élevé, les autorités leur demandent de confiner obligatoirement leurs bêtes ou poser des filets, pour empêcher tout contact avec les oiseaux sauvages venant du reste de l’Europe.

« Depuis un an, on est tellement sensibilisé sur le sujet, qu’il n’y a pas d’inquiétude à avoir », a tenté de rassurer Marie-Pierre Pé, porte-parole du Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (CIFOG), dans les colonnes du Figaro. « On se remet juste en état de vigilance ». Selon elle, l’ensemble des mesures mises en place depuis un an devrait permettre d’éviter toute contamination. Ces mesures ont coûté 500 millions d’euros à la filière.

Source : passeportsante.net

commentaires

commentaires