Les effets négatifs de la migraine sur la qualité de vie ? - Alimentation, Santé et Bien être

Les effets négatifs de la migraine sur la qualité de vie ?

La migraine est-une maladie commune, beaucoup plus qu’on ne le pense : environ 10 % de la population en souffre. Plus forte qu’un simple mal de tête, la migraine a des effets pouvant aller bien au-delà de ce symptôme et peut affecter la vie et le quotidien des malades,  ainsi que celle de leurs proches. C’est ce que prouve une nouvelle étude publiée en avril 2016.

La migraine : une maladie souvent sous-estimée

Si le symptôme principal de la migraine est le mal de tête, celui-ci est beaucoup plus fort que la moyenne. Non seulement il peut durer de quelques heures à quelques jours en continu mais, surtout, il empêche toute activité : la personne souffrant de migraine est souvent contrainte de s’allonger sur le lit, dans le noir et de ne rien faire.

Malheureusement, les personnes ne souffrant pas de migraine ont tendance à sous-estimer la douleur qu’elle entraîne, reléguant la migraine à un simple mal de tête que l’on peut faire passer avec une aspirine. Les migraineux sont alors critiqués et le regard que leurs proches portent sur eux est très négatif. Un regard va déteindre sur l’ensemble de la vie du malade.

Les migraineux sont vus comme des… mauvais parents ?

Les chercheurs du Montefiore Headache Center ont mené une recherche sur les effets de la migraine en termes sociaux, émotionnels, physiques et financiers. Les résultats de cette recherche ont été publiés dans la revue Mayo Clinic Proceedings du 28 avril 2016 (Volume 91, numéro 5).

Après avoir interrogé 4 022 personnes souffrant de migraine et leur conjoint, ils ont découvert que 41 % des malades et 23 % des conjoints estiment que la migraine fait des migraineux des moins bons parents, car ils doivent renoncer à une activité avec leurs enfants au moins une fois par mois (à cause des crises de migraine).

De fait, les migraineux se sentent coupables et les relations entre eux et leur conjoint sont plus tendues et fragiles. Sans compter que 33 % des migraineux et 21 % de leurs conjoints craignent que la migraine n’impacte la situation financière du ménage. Pour les chercheurs, toutes ces inquiétudes doivent être prises en charge par la communauté médicale, qui doit rassurer le malade et sa famille.

commentaires

commentaires