Le téléphone portable est-il dangereux pour la santé? - Alimentation, Santé et Bien être

Le téléphone portable est-il dangereux pour la santé?

Comment limiter les risques liés aux ondes émises par les téléphones portables ? Le point sur les recommandations actuelles.

Une étude lève enfin les doutes

« Selon les dernières études épidémiologiques, il semble y avoir une augmentation du risque de cancer du cerveau chez les utilisateurs intensifs », assure Martine Hours, présidente du conseil scientifique de la fondation de recherche « santé et radiofréquences ».

Les experts s’appuient sur l’enquête Interphone car c’est la plus significative par sa « puissance statistique » : chacun des 13 pays participants a étudié pendant trois ans des groupes de patients atteints de tumeurs cérébrales. Or la corrélation entre la zone du cerveau touchée et le côté de la tête utilisé pour téléphoner s’avère plutôt inquiétante : « Les chiffres montrent un excès de tumeur du côté du téléphone. On note aussi un excès dans les zones rurales, là où les téléphones doivent émettre avec le plus de puissance pour trouver les antennes relais » précise Martine Hours.

Une étude israélienne montre aussi que la pathologie la plus courante est la tumeur de la parotide, la glande la plus proche de la peau et du téléphone. Ces résultats étaient publiés en décembre dernier, entraînant des recommandations de pouvoirs publics concernant les achats de Noël : non au portable en guise de cadeau pour les enfants…

Des risques connus depuis 2000

Les micro-ondes émises par les téléphones cellulaires dangereuses pour la santé, en particulier pour celle de nos enfants ? C’est ce que laissait entendre, dès 2000, une étude parue dans la revue The Lancet. Mais l’info est restée longtemps une supposition, faute d’étude suffisamment probante sur le sujet.

Deux risques sembleraient avoir une incidence directe sur notre cerveau. Les effets thermiques sont les plus palpables. En effet, l’utilisation continue d’un mobile pendant 20 minutes fait augmenter la température des tissus en contact de 1° Celsius. C’est alors le cortex, la partie la plus sensible du cerveau se trouvant à proximité de l’oreille, qui absorbe cette fluctuation thermique.

L’enfant est plus fragile que l’adulte

Second danger : l’émission par l’antenne d’ondes ultracourtes de très hautes fréquences émises au niveau de l’antenne qui sont absorbées pour moitié par la tête de l’utilisateur. D’après de nombreux spécialistes, il est possible, à terme, que l’ADN cellulaire soit lésé, ce qui augmente les risques de cancers.

Les risques pour les utilisateurs ? Maux de tête, perte de la mémoire ou troubles du sommeil. Chez le rat, une exposition prolongée à ces basses fréquence, couplée à certains médicaments a même provoqué des crises d’épilepsie. Face au portable, l’enfant pourrait être plus vulnérable que l’adulte.

Sa tête, plus petite, fait caisse de résonance, et son crâne est plus fin. Son cerveau est donc beaucoup plus exposé aux micro-ondes. Et il est encore en développement. Un risque qui reste mesuré, dédramatise Martine Hours : “Il n’est jamais très supérieur à 1, c’est léger par rapport aux dangers du tabac ou de l’amiante qui dépassent 4. Mais le grand public doit être conscient de ce risque comme des autres dont la vie est remplie. C’est à chacun ensuite de faire ses choix de comportements “.

En pratique, comment limiter les risques?

1. Utiliser un kit mains libres : l’éloignement de l’oreille du au fil du kit mains libres réduirait jusqu’à 20 fois le niveau des ondes électromagnétiques transmises vers le cerveau
2. Limiter l’usage du portable en zone rurale, où les ondes émises sont plus intenses
3. Ne pas donner de portable aux enfants, ou en limiter très strictement l’accès (forfaits restrictifs)

commentaires

commentaires