La fatigue chronique : un symptôme qui peut cacher de nombreuses causes organiques. - Alimentation, Santé et Bien être

La fatigue chronique : un symptôme qui peut cacher de nombreuses causes organiques.

Si dès le réveil, vous mettre en train est une épreuve devenue au fil des semaines presque herculéenne, que la moindre tâche vous demande un effort surhumain et que vous vous couchez aussi épuisé que vous vous êtes levé, c’est que vous souffrez peut-être du syndrome de fatigue chronique.

Si cet état n’est pas forcément le signe d’une pathologie grave, il est important de chercher à en déterminer la cause afin de pouvoir agir en amont et retrouver sa vitalité.

Fatigue chronique : les signes qui alertent

Asthénie, difficulté à se motiver, lassitude grandissante face aux activités quotidiennes, perte d’appétit, isolement social…

Grosse fatigue : et si c’était…

Autant de motifs qui valent la peine d’aller faire un petit tour chez votre généraliste :

Une dépression larvée

Vous avez perdu votre enthousiasme et réaliser vos activités quotidiennes est devenu un fardeau dont vous vous passeriez volontiers ? Vous vous sentez moins enthousiaste et avez tendance à vous repliez sur vous-même ? Votre existence vous parait morne et dénuée de sens ? La qualité de votre sommeil est moins bonne et votre appétit réduit ? Peut-être souffrez-vous de dépression.

Il est important de prendre les devants pour pouvoir vous soigner et éviter de vous enfoncer davantage.

Un stress permanent

Travail, vie familiale… vous ne savez plus où donner de la tête. Vos multiples activités quotidiennes vous prennent toute votre énergie et le soir venu, vous n’êtes plus bon(ne) à rien. Performant, voire perfectionniste, vous ne supportez pas l’idée de survoler les choses : tout doit être réalisé à fond pour que vous soyez satisfait(e) de vous-même. Mais le revers de la médaille est sévère : à force de ne plus vous accorder de temps, votre corps vous rappelle à l’ordre. Et si vous appreniez à lâcher un peu prise ?

Yoga, sophrologie, massage… Quelques heures par semaine juste pour vous, pour retrouver un équilibre gagnant ?

Une carence en micronutriments

Là encore, une grande fatigue associée à un teint pâle peut être révélatrice d’un manque de fer. Si vous êtes une femme réglée, un bilan sanguin peut être pertinent. Dans tous les cas, ne vous auto-médicamentez jamais seule car l’excès de fer est nuisible.

Pour les végétariens et les végétaliens, cherchez votre épuisement du côté de la vitamine B12, présente uniquement dans les produits d’origine animale. Enfin, une carence en vitamine D peut aussi être responsable d’un état de fatigue chronique. Les beaux jours reviennent : profitez-en pour exposer votre visage et vos bras une demi-heure au quotidien afin de synthétiser cette molécule essentielle.

Le contrecoup d’une infection microbienne

Si vous sortez d’une bonne grippe ou d’une gastro qui vous a vidé pendant une semaine en vous clouant au lit, ne cherchez pas plus loin la cause de votre épuisement : votre corps a lutté pour se débarrasser de l’envahisseur et il doit récupérer.

Laissez-vous le temps de retrouver vos forces : ménagez-vous, mangez correctement, hydratez-vous. Les haies à tailler et la cuisine à briquer pourront bien attendre quelques jours de plus.

La mononucléose

Souvent associée à la maladie des adolescents pour cause de transmission par le baiser, elle n’est cependant pas réservée à cette tranche d’âge. Discrète dans ses manifestations, elle se traduit notamment par une fatigue excessive et durable. Une fois détectée, elle se guérit normalement en quelques semaines.

Source: consoglobe.com

commentaires

commentaires