Une solution efficace contre l’apnée du sommeil et le ronflement.

Pour les patients qui souffrent du syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS) ou qui ronflent bruyamment, une solution existe : un dispositif qui stimule la langue grâce à un courant électrique.

Un dispositif à impulsions électriques

Les apnées du sommeil se manifestent par des arrêts involontaires de la respiration durant le sommeil. Quand elles sont chroniques, elles peuvent causer des dommages importants pour la santé. La mauvaise oxygénation de l’organisme peut en effet entraîner des troubles cardiaques, de l’hypertension artérielle et même des risques d’infarctus. Pour y remédier, les médecins du CHU de Bordeaux proposent à leurs patients un dispositif inédit.

Développé par la société américaine Inspire Medical Systems, ce système appelé Inspire II prend la forme d’un petit appareil à impulsions électriques qui est implanté sous la clavicule, lors d’une opération chirurgicale d’une à deux heures. Ce petit pacemaker est relié à deux électrodes : l’une est implantée sous la peau au niveau du cou, au contact du nerf de la langue et l’autre au niveau du thorax, entre deux côtes.

Très peu de gêne pour le patient

À chaque inspiration, l’électrode du thorax envoie une stimulation sur l’électrode de la langue. Du coup, instinctivement, le patient n’interrompt pas sa respiration. « Il s’agit d’une action motrice pure et non sensorielle », explique le professeur Pierre Philip, responsable de la clinique du sommeil au CHU de Bordeaux, dans les colonnes de 20 minutes. « Les patients ressentent donc très peu de gêne ».

En règle générale, pour soigner une apnée du sommeil, on recommande aux patients l’arrêt du tabac et de l’alcool. Si cela ne suffit pas, on propose aux patients le port d’un masque durant la nuit, qui agit grâce à un système de ventilation. Ce masque envoie de l’air, ce qui permet au patient de mieux respirer. Et pour ceux que ces méthodes n’auraient toujours pas donné de résultat, l’Inspire II pourrait représenter une vraie solution.

commentaires

commentaires