Mieux comprendre le stress pour s’en libérer en cinq étapes

Nouveau job, entretien, décision importante, changement, les causes de stress peuvent êtres nombreuses.

Si le stress vous permet de donner le meilleur de vous, mal géré il peut au contraire vous faire perdre tous vos moyens.

Découvrez cinq techniques simples et efficaces pour gérer stress et tensions au quotidien !

 

Le stress est un processus tout à fait normal, il permet à notre organisme de s’adapter à son environnement et de réagir rapidement en cas de danger. Mais ce stress bien qu’essentiel, s’il n’est pas géré comme il se doit, peut vite devenir un enfer pour celui ou celle qui se laisse plonger dans ses effets négatifs. Le stress peut prendre de nombreuses formes : tension nerveuse, irritabilité, adrénaline, douleurs…

L’émotionnel et les sensations physiques sont les principaux pour ne pas dire les seuls moyens que notre cerveau et notre corps ont pour communiquer. Tout comme la douleur, qui nous informe d’un problème dans notre corps, le stress lui nous informe du besoin de changer, de s’adapter, face à la situation dans laquelle nous sommes. Ne pas prendre en compte les ressentis et émotions que l’on peut ressentir à un moment donné de notre vie, c’est comme ne pas prêter attention aux panneaux de signalisation sur l’autoroute qui nous informent qu’un bouchon de 30 kilomètres nous attend après la prochaine sortie… Beaucoup pensent que ne pas s’écouter reste la meilleure solution et pourtant voilà une erreur qui peut finir par coûter très cher !

Le phénomène de stress se déroule en deux étapes majeures :

1. Production d’Adrénaline

Pour répondre à ce besoin de changement et d’adaptation notre corps va fabriquer de l’Adrénaline qui nous permet de mobiliser nos compétences et capacités pour trouver une solution.
Cette adrénaline va jouer sur notre cerveau animal, dit archaïque ou reptilien, responsable des réactions de fuite ou/et de combat. Si je ne trouve pas de solution ou si je ne tiens pas compte de mes ressentis en essayant simplement de continuer comme si de rien n’était alors l’étape suivante se met en place : la production du Cortisol.

 

2. Production du Cortisol

Le cortisol (pensez cortisone) permet à l’organisme de se calmer puisque visiblement nous n’avons pas encore trouvé de solution pour nous adapter à la cause de notre stress. Chacun sait à quel point il peut être mauvais de se gaver de cortisone sur le long terme et que cela peut provoquer bien des dégâts après une longue consommation de cette substance pourtant aux vertus « apaisante » et « protectrice ». C’est ce qui se passe lorsque le stress passe à un niveau plus profond avec un impact parfois irréversible.

Le « stress » est le seul élément psychologique dont il a été prouvé scientifiquement qu’il a un impact signifiant et durable sur la santé et l’équilibre de notre organisme. Apprendre à écouter nos ressentis est donc essentiel car si la situation de stress ne trouve pas de solution après une certaine période (qui peut aller à plusieurs années) le cortisol n’a plus d’effet et c’est alors la chute de toute pression… La dépression !

 

Pour vous aider à sortir de ce processus dangereux, je vous propose d’appliquer ces cinq techniques de gestion du stress :

1. La gestion du stress par la respiration vitale :

Le stress a pour effet que notre respiration remonte de plus en plus haut dans notre corps. D’ailleurs c’est un excellent repère pour vérifier le niveau de stress que vous vivez. Pour vous donner une idée générale de la chose :

  • Respiration thoracique haute (partie supérieure du thorax) : Stress élevé.
    Cette respiration amène l’air à venir se bloquer rapidement au niveau de la gorge et fait remonter les épaules.
  • Respiration thoracique (partie centrale du thorax) : Stress Moyen
    Cette respiration fait gonfler le thorax (la poitrine), mais sans pour autant faire remonter les épaules à l’inspiration.
  • Respiration ventrale : Stress faible

La première technique est de pratiquer la respiration ventrale. Assis sur le bord d’une chaise les pieds bien à plat au sol ou légèrement placés sous la chaise :

  • Placez une main sur le ventre et l’autre dans le bas du dos.
  • A l’inspiration : Gonflez le ventre comme un ballon et augmenter l’espace qui sépare vos deux mains.
  • A l’expiration : Soufflez doucement, appliquez une légère pression entre les mains, et réduisez au maximum l’espace entre les deux mains, comme si vous souhaitiez qu’elles se touchent.

Pratiquez la respiration ventrale environ 10 fois, tout en restant à l’écoute de vos ressentis. Avertissements : Il se peut que vous ressentiez un étourdissement, un léger trouble de l’équilibre durant quelques instants. Ceci est tout à fait normal, c’est le résultat d’une meilleure oxygénation de votre cerveau, qui n’a pas l’habitude de recevoir une telle quantité d’air habituellement. Cela passe très rapidement (de l’ordre de quelques secondes)

 

2. La gestion du stress par une sortie du cadre

L’erreur est souvent de croire que l’on peut trouver une solution là où le problème se trouve. Mais si la solution était réellement là où est le problème, ni l’un ni l’autre n’existerait car ils s’annuleraient automatiquement. Il faut donc sortir du cadre pour aller chercher la solution ailleurs ! Aviez-vous remarqué comme il est curieux de toujours trouver des idées intéressantes et innovantes pour le travail quand nous sommes en vacances, en courses, ou tout simplement à la maison ? Et inversement, de penser à ce qui doit être fait à la maison, en pleine réunion de travail ou rendez-vous professionnel ? Notre cerveau doit sortir du cadre pour trouver ses solutions !

Vous êtes stressé ? Alors sortez de cadre ! Sortez tout court ! Le stress « négatif » va vous pousser à l’inertie, à la mise sur pause, au ralentissement… Vous allez peu à peu vous laisser glisser dans la résignation et la non-action. Et quel est le meilleur moyen pour ne pas résoudre un problème d’après vous ? Oui c’est ça ! NE RIEN FAIRE !

Remuez-vous, défoulez-vous, en plus de vous défouler et de faire sortir vos tensions physiques, vous allez donner les moyens à votre cerveau de se sortir du cadre et ainsi d’envisager les choses sous un angle différent.

 

3. La gestion du stress par le pouvoir du moment présent

Nous avons tendance à sortir du moment présent pour nous placer selon la situation dans notre passé ou notre avenir « hypothétique » :

  • Le passé : Porteur de connaissances et d’expériences, peut devenir source de craintes, peur, phobies, névroses, dépression …
  • Le futur : Porteur de possibilités et de projets à réaliser, peut devenir source d’angoisses, de stress, d’insomnie, de panique, de méfiance, de paranoïa.

Nous avons malheureusement tendance à facilement nous laisser prendre à ce jeu de projection. Je vais volontiers me tourner vers mon passé si à un moment donné je refuse d’évoluer, de changer, et estime « qu’avant » les choses n’étaient pas si compliquées. Je vais faire le choix de la projection futur si je ne suis pas satisfait de ma situation actuelle et que j’ai le sentiment intérieur que les choses ne vont pas s’arranger avec le temps.

Pendant que je me projette dans l’avenir ou dans le passé, je ne peux pas agir au moment présent… Je me retrouve donc à nouveau dans ce qui m’empêche de trouver une solution… c’est-à-dire : l’inaction !

Les émotions ne se vivent pas dans le temps passé ou à venir…elles se vivent au moment présent !

Pour cela je vous propose un exercice simple et diablement efficace :

  • Asseyez-vous confortablement (autant être bien dès le départ)
  • Commencez par détailler autant que vous le pouvez ce que vous voyez autour de vous.
  • Ecoutez, et détaillez ce que vous entendez, percevez de ce qui vous entoure.
  • Ressentez, votre corps, le contact des vêtements, du fauteuil ou de la chaise, vos pieds posés au sol.
  • Sentez, les odeurs, les parfums, l’air qui circule en vous.
  • Goûtez, déterminez le goût que vous avez en bouche, votre salive, les parfums du repas que vous avez pu prendre juste avant.

La règle est simple, utilisez tous vos sens les uns après les autres, pour vous reconnecter entièrement à ce qui se passe autour de vous. Cela n’étant faisable que si je suis dans l’instant présent, alors je sors de mes projections et retrouve l’état « Zéro ».

 

4. La gestion du stress par la libération du négatif

Cet exercice bien que simple permet de se libérer rapidement des tensions physiques et psychiques. Il vous faut simplement vous procurer un oreiller, un coussin, ou tout autre objet que vous pourriez lancer sans risque de casse ou d’incident.

  • Saisissez fermement l’objet en question entre les mains.
  • Tendez les bras vers le sol, comme pour tenir l’objet en dessous de votre nombril.
  • Observez-le, pensez à tout ce qui vous dérange (douleurs, tensions, stress, idées, pensées, etc.)
  • En inspirant profondément (de préférence avec le ventre), remontez l’objet vers le visage.
  • Bloquez la respiration, et maintenez l’air à l’intérieur pendant quelques instants tout en poussant plus loin les « tensions » et le « stress »
  • Soufflez d’un seul coup en jetant l’objet de façon sèche et rapide et relâchez immédiatement tout le corps (ne pas relâcher progressivement, mais bien « tout de suite »)
  • Répétez l’opération si nécessaire.

Grâce à cet exercice vous allez pouvoir vous débarrasser du stress qui se serait installé sur le système nerveux périphérique.

Ce système nerveux ne nous est pas accessible consciemment mais nous pouvons l’influencer par certaines alternatives dont celle-ci. En créant une surtension volontaire tout en se concentrant sur la problématique responsable, vous focalisez votre attention sur les zones de tensions. Puis en relâchant d’un seul coup, vous créez un espace « vide » dans lequel le système nerveux périphérique n’a plus d’appui pour justifier de ses tensions… Il se relâche alors également automatiquement… Rappelez-vous lorsque l’on se fait mal quelque part, on a naturellement tendance à « presser » cette zone pour soulager la douleur. Et bien souvent lorsque nous relâchons cette « pression volontaire » la douleur s’échappe avec elle.

 

5. La gestion du stress en levant les yeux au ciel

On vous a sûrement appris étant enfant que porter les yeux au ciel était mal venu et pouvait être répréhensible… Et bien sachez que vous auriez bien tort de vous passer de ce processus naturel de gestion de l’émotionnel.

On dit souvent que la prière offre une délivrance de l’émotionnel, et ceux qui pratiquent leur religion et leurs croyances pourront certainement vous le confirmer. Une étude a démontré que cet effet bénéfique était en partie dû à la position du regard dans ce moment de prière envoyées vers les cieux… autrement dit, le regard porté vers le ciel ! Faites le test, la prochaine fois que vous ressentez une émotion négative suffisamment forte pour vous être désagréable, asseyez-vous et tout en gardant la tête bien droite, portez les yeux le plus hauts possible vers le ciel. Je vous accorde que cette position des yeux peut parfois être inconfortable car inhabituel pour les groupes musculaires responsables de ce mouvement. Mais l’effet est immédiat !

Notre cerveau change la production des ondes cérébrale pour passer à un niveau où l’émotionnel n’a plus ou presque de contact avec nos systèmes perceptifs. C’est comme si vous coupiez la radio ! Bien entendu, coupez le son de votre poste de radio ou de votre TV n’enlève rien au fait que les informations sont toujours envoyées. Ce n’est pas parce que je ne vois pas ou n’entends pas quelque chose, que ce quelque chose n’existe pas. Mais, en vous détachant au moins l’espace d’un moment de vos ressentis négatifs vous permettez à votre esprit de sortir du cadre « négatif » des ressentis et donc d’accéder à de nouvelles ressources pour agir efficacement. N’oubliez cependant pas une chose essentielle : Seule l’action physique permet d’obtenir des résultats ! Il ne vous reste donc plus maintenant qu’à apprendre à écouter votre corps, vos ressentis et ensuite, d’appliquer ces premières techniques efficaces pour changer la donne.

 

Source: wengo.fr

commentaires

commentaires

Aidez nous à nous améliorer..

Aimez notre page Facebook Svp. Merci.