Mangez de la vitamine D sous toutes ses formes !

Alors que les premiers rayons de soleil font leur apparition, Corinne Peirano, diététicienne-nutritionniste, fait le point sur nos besoins en vitamine D.

On fabrique de la vitamine D grâce aux rayons du soleil absorbés par notre peau et avec l’aide de notre cholestérol. C’est grâce à l’action des UVB en effet et donc de la lumière ultraviolette que l’on fabrique 80 % de notre vitamine D. Les 20 % manquants sont fournis en principe par notre alimentation.

Soleil et vitamine D

Ainsi une exposition régulière des bras et du décolleté au soleil, à raison de 20 à 25 mn par jour, est indispensable pour couvrir les trois quart de nos besoins en vitamine D. Le hic c’est que les UV sont dangereux et que s’exposer entre 12h et 16h, est fortement déconseillé. Ces recommandations et un climat capricieux font qu’une bonne moitié des français du fait d’une exposition insuffisante au soleil sont carencés en Vitamine D (étude SUVIMAX, 2004).

Or, la vitamine D est essentielle au fonctionnement du système immunitaire. Elle agit sur de nombreux gènes. Une carence peut entraîner entre autres, un mauvaise assimilation du calcium au niveau intestinal et par ricochet un calcium qui se fixe mal sur le système osseux. Une diminution du taux de phosphore dans le sang alors que le phosphore est indispensable à toutes les cellules y compris au fonctionnement du métabolisme énergétique. Un tonus musculaire moins répondant et donc contre-performant pour les sportifs …

Santé et Vitamine D

On n’a pas démontré de liens directs entre la vitamine D et la prévention des maladies cardiovasculaires, du diabète, de l’hypertension artérielle ou encore pour certains cancers (colorectal, sein). Du point de vue médical, il y a controverse et on ne voit pas ou rarement l’intérêt de dépister une carence et de supplémenter en vitamine D. Cependant, discutez-en avec votre médecin généraliste qui avisera au cas par cas. Les études ont souligné par exemple le rôle joué par la vitamine D dans la sclérose en plaque, la nécessité d’une supplémentation lors d’une greffe de rein, nécessité également lors d’une chirurgie de l’obésité, ou encore chez les personnes âgées qui chutent souvent (pour limiter les risques de fractures).

Des conseils

Exposez-vous régulièrement au soleil sans aller jusqu’au coup de soleil, c’est inutile d’avoir la peau rougie pour la synthèse de la vitamine. En revanche, mangez de la vitamine D au quotidien sous toutes ses formes : huiles de poisson et poissons gras dont sardines, anchois, harengs, maquereaux, saumon, foie de morue en conserve. Egalement huîtres, œufs, fromage à pâte dure type emmental, beurre, (très peu de vitamine D dans le lait). La vitamine D est une vitamine liposoluble, c’est-à-dire qu’elle se fixe dans les matières grasses. Par conséquent, il n’y a pas plus de vitamine D dans les produits laitiers à 0 %. Les fruits et les oléagineux n’apportent pas de vitamine D. Au final, un constat : peu de vitamine D dans l’alimentation… L’exposition au soleil reste donc indispensable. Pour anticiper et remédier à toutes carences, faites contrôler vos besoins en vitamine D par une analyse de sang (NFS). Ne laissez pas les résultats sans suite et faites corriger votre déficit par un apport unique de 100 000 UI ou sous cure à raison de 800 à 1000 UI mensuels (pratique régulière des gynécologues).

Source : Corinne Peirano (Expert Lepape-info Diététicienne-nutritionniste.

commentaires

commentaires