Manger moins salé peut sauver des vies

Un groupe de chercheurs britanniques a calculé les bénéfices au niveau de la santé mondiale si chaque personne respectait la dose de sel recommandée par jour.

Vous allez peut-être réfléchir un peu plus longtemps la prochaine fois que vous assaisonnez votre nourriture. Car un geste banal comme celui d’ajouter du sel à un plat augmente les risques d’hypertension et de maladies cardiovasculaires. En réduisant notre consommation de sel de 10% nous pourrions même sauver des millions de vie. C’est le constat dressé par une étude publiée par la revue médicale The British Medical Journal (BMJ), dirigée par le chercheur Dariush Mozaffarian et relayée par l’Agence France Presse.

En effet, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que la surconsommation de sel serait responsable d’environ 1,65 million de décès dans le monde via les maladies cardiaques. L’étude britannique ajoute que si chaque consommateur dans le monde veillait à ne pas dépasser les 2 grammes recommandés par jour, et la santé générale serait nettement meilleure.

Gagner des années de bonne santé

Mais pour inciter le grand public à agir, il faut informer ! Les chercheurs ont calculé les bénéfices que pourraient produire des campagnes de sensibilisation. Il suffirait de dépenser 0,10 dollars en frais de communication par personne pour enrayer la mortalité liée à l’abus de sel.

D’après les auteurs de ces travaux, en réduisant notre consommation de sel ces dix dernières années, 5,8 millions d’années en bonne santé perdues auraient pu être évitées par an, pour un coût de 1,13 dollar par personne. Ce prix correspond d’ailleurs à celui dépensé actuellement pour les médicaments de prévention contre les maladies cardiovasculaires, précisent-ils. C’est peut-être une bonne raison de ranger la salière qui trône au milieu de la table…

Source : santemagazine.fr

commentaires

commentaires