Fatigue : 3 bons réflexes quand le corps dit stop !

Que l’on fatigue après une période d’activité intense, un épisode viral ou une opération, il existe des astuces pour remonter la pente au plus vite. Et c’est tout simple !

Enrichir son assiette

Il est normal de se sentir affaibli après une grippe, une gastro-entérite ou une angine « carabinées ». On oublie trop souvent que la convalescence requiert un minimum de patience ! Même si l’appétit est un peu en berne, bien choisir ses aliments peut faire la différence.

Consommer des aliments riches en protéines (œuf coque, jambon, viande et poisson) aidera à reconstituer du muscle et à recharger ses batteries. Ajouter des fruits riches en vitamine C , aussi très précieuse. « Contrairement à une idée répandue, le jus d’orange en apporte peu, souligne Kurt Hostettmann, professeur de phytothérapie : 40 à 60 mg par 100 g de fruits frais et encore moins s’il est pasteurisé. La fraise en est deux fois plus riche, et davantage encore le cynorrhodon (fruit de l’églantier). Mais la plante européenne championne toute catégorie, c’est l’ argouse (1,5 g de vitamine C dans 100 g). On peut consommer le jus d’argousier en sirop, dans du miel ou un yaourt sucré. »

Favoriser les légumineuses . Comme les fruits de mer, ils apportent du zinc qui évitera que notre corps, encore affaibli, ne se trouve à nouveau victime du premier virus qui passe. « Avec le sélénium des noix et des produits de la mer, il réduit l’oxydation qui encrasse l’organisme », explique le Dr Jean-Loup Dervau, généraliste.

Surveiller son niveau de fer

Le fer joue un rôle majeur dans la fabrication de l’hémoglobine, cette protéine des globules rouges qui achemine l’oxygène depuis les poumons jusqu’aux différentes cellules de l’organisme. « Or, nombre de femmes en manquent, constate le Dr Jean-Pierre Danjean, médecin généraliste. Il suffit de manger peu de viande ou d’avoir des règles hémorragiques pour être en déficit. Conséquence : le niveau d’hémoglobine baisse et l’organisme est sous-oxygéné. » L’excès de fer (hémochromatose) peut aussi se signaler par une simple fatigue, tout comme un dérèglement de la thyroïde. Si le « coup de pompe » ne passe pas, cela peut valoir la peine de consulter pour un petit bilan.

Miser sur les aides qui donnent un coup de fouet

En phytothérapie, Kurt Hosttetmann recommande le guarana, une plante extrêmement dosée en caféine (ses graines en renferment 5 fois plus que les grains de café !) à l’effet immédiat. Pour une action à plus long terme, on le conjuguera avec le ginseng , le roi des stimulants, ou avec l’ éleuthérocoque , appelé ginseng de Sibérie, car il en est proche.

L’apithérapie . Les produits de la ruche sont de véritables concentrés de vitamines, d’oligo-éléments et de minéraux reconstituants. On peut mettre du miel sur ses tartines, dans ses tisanes ou son thé. Mais le Dr Dervaux recommande plutôt d’alterner miel, propolis, pollen et gelée royale tout au long de la semaine. Un nouveau produit, du laboratoire Aragan, conjugue aussi du ginseng (en comprimés) et de la gelée royale à conserver au frais pour davantage d’efficacité (12,50 € en pharmacies).

Les probiotiques aident à restaurer l’immunité, notamment après un dérèglement intestinal ou la prise d’antibiotiques. Le complément Bion Restore apporte trois probiotiques, du zinc et de la vitamine C (en cure de deux semaines, 8,90 € la boîte de 20). Une nouveauté propose aussi d’accélérer la convalescence : Asthéplex du laboratoire 3 C Pharma (2 comprimés par jour pendant dix jours, puis 1 par jour pendant un mois, 14,70 € la boîte de 30).

commentaires

commentaires