Conseils pour lutter contre les troubles liés à la ménopause.

Des solutions pour bien vivre la ménopause Découvrez les conseils pour lutter contre les troubles liés à la ménopause

Le sommeil : Chez certaines femmes, la ménopause peut entraîner des troubles du sommeil. Les conseils à appliquer sont les mêmes qu’en cas d’insomnie classique : il faut d’abord veiller à bannir les excitants (café, tabac, alcool, etc…).
La prise de somnifères peut être évitée en ayant recours à des méthodes naturelles qui ont vu leur efficacité reconnue, comme le yoga, les massages relaxants ou les plantes en tisane.

Les troubles de l’humeur : La ménopause peut aussi provoquer des troubles de l’humeur. En plus d’être un événement perturbant dans la vie des femmes, la baisse d’hormones comme les œstrogènes ou la progestérone entraîne un bouleversement hormonal.

Certaines femmes considèrent aussi la ménopause comme un pas vers la vieillesse et une perte de leur féminité. Cet état d’esprit peut entraîner une irritabilité voire un état dépressif.
Le recours aux plantes constitue une bonne alternative à l’hormonothérapie. L’huile essentielle de lavande donne de bons résultats à raison d’1 à 4 gouttes par jour à prendre sur un comprimé neutre ou sur la langue.

L’ostéoporose : La production œstrogènes, une hormone préservant la masse osseuse, diminue brutalement entraînant une perte de résistance des os à la ménopause. Pour se protéger de l’ostéoporose (dont les signes apparaissent 15 à 20 ans après le début de la ménopause), il est important de veiller à avoir un apport suffisamment élevé en calcium et en vitamine D. Il est impératif d’arrêter de fumer et de boire trop d’alcool tout en pratiquant une activité sportive afin de garder une bonne forme physique.

Le vieillissement de la peau : La baisse du taux œstrogènes et la production amoindrie de collagène à la ménopause sont responsables de l’accélération du vieillissement cutané. Pour y remédier, des méthodes naturelles peuvent être employées. Les alpha-hydroxyacides, les acides naturels de fruits (AHA) que l’on trouve dans certains produits de beauté, améliorent visiblement l’aspect de la peau. La vitamine C et le thé vert limitent aussi le vieillissement de la peau.

La baisse de libido : Le désir sexuel féminin est lié à la présence œstrogènes et d’androgènes, des taux qui chutent à la ménopause. De plus, l’absence de règles fait apparaître un assèchement des muqueuses vaginales chez certaines femmes diminuant ainsi la stimulation sexuelle. La communication au sein du couple est certainement la solution clé pour contrer la baisse de libido, mais il est possible d’avoir recours à des lubrifiants et de travailler pour contrôler le stress et l’anxiété qui paralysent de nombreuses femmes.

Les risques cardio-vasculaire et vasculaire cérébrale : A la ménopause, le taux de « mauvais » cholestérol (LDL) a tendance à augmenter, tout comme les risques de maladies cardio-vasculaires et vasculaires cérébrales . Pour se protéger face à ces dangers, l’alcool et le tabac sont à bannir impérativement.
Il faut également miser sur une alimentation saine et équilibrée, riche en fruits et légumes, qui apportent à l’organisme des fibres solubles, en isoflavones que l’on peut trouver dans le soja et en Omégas-3. L’activité physique, même modérée est aussi reconnue pour réduire les risques cardiaques.

Les bouffées de chaleur : 50 à 80 % des femmes sont concernées par les bouffées de chaleur à la ménopause, qui sont parfois accompagnées de palpitations et de sueurs nocturnes. Elles se caractérisent par une élévation subite de la température du corps. C’est en général à cause de ces bouffées de chaleur que les femmes sont tentées d’avoir recours à l’hormonothérapie. Il est conseillé d’avoir toujours sur soi une boisson rafraîchissante et d’apprendre à se détendre. L’aromathérapie donne de très bons résultats.

La prise de poids : Une majorité des femmes a tendance à prendre un peu de poids à la ménopause. Il faut cependant résister à la tentation de faire un régime draconien car pendant cette période, le risque de carences doit absolument être évité. Il faut plutôt veiller à avoir une alimentation plus saine en évitant les plats préparés, être à l’écoute de son corps et de sa faim et bouger régulièrement. Tout en stimulant le moral, l’activité réduira l’apport calorique et donc limitera la prise de poids.

Pré ménopause ou ménopause :

Chamboulement hormonal : bouffées de chaleur. L’équilibre est malheureusement presque inévitable puisque 75 à 80% des femmes en souffre. Enfin, inévitable en occident, car au japon, ce symptôme est si rare qu’il n’existe pas de mot pour le décrire !

Souvent, les bouffées de chaleur s’insinuent subrepticement dans votre vie 3 à 4 ans avant les dernières règles. Elles témoignent sans conteste d’un déséquilibre hormonal, c’est une machine de fabrication fiable de la ménopause. Donc, même si elles ne sont pas graves en soi, elles eu, vous connaissez par cœur. Sinon, voici à quoi ressemblent les réjouissances. Tout commence vers le thorax, ou même l’abdomen. Une sorte de boule de chaleur qui monte à toute vitesse vers votre visage et qui prend possession du corps entier ou presque pendant quelques secondes à quelques minutes. Lorsque les palpitations et la transpiration abondante s’en mêlent, adieu la discrétion  et… le rimmel. Il existe des variantes, et même certaines femmes qui ont des bouffées de froid Mais c’est vraiment rare. La crise s’en va comme elle est venue, laissant derrière elle un visage légèrement rouge ou un corps en sueur.

Curieusement, chaque femme supporte plus ou moins bien cette gène, sans qu’il y ait forcement de rapport entre l’intensité et le rapprochement des bouffées. Certaines femmes sont véritablement handicapées par trois bouffées assez peu violentes par jour, tandis que d’autres tolèrent une bonne dizaine de coups de chaud avec fatalisme et sans en souffrir trop. D’autres encore en comptabilisent à peine une par mois, mais énorme ! Certaines acceptent de les subir en journée, mais ne supportent plus d’être réveillées la nuit par ces bourrasques climatiques.

Pour d’autres qui craignent surtout une gêne dans leur vie professionnelle, c’est l’inverse.

Tout dépend donc du retentissement sur ce qu’on appelle la qualité de vie, éminemment variable d’une femme à l’autre.

Les conseils du thérapeute

  • Bougez suffisamment : une heure de marche par jour, c’est un minimum. Un peu de sport est le bienvenu !
  • Buvez suffisamment d’eau riche en minéraux.
  • Mangez peu aux repas, quitte à en faire 5 à 6 par jour.
  • Portez des vêtements en fibres naturelles ( coton, soie…), qui laissent « respirer » le corps.
  • Consultez si les bouffées ne passent pas car divers troubles peuvent être responsables, tels qu’un problème de thyroïde, une allergie ou la prise de certains médicaments.
  • Méfiez vous des boisons (trop) chaudes (café, thé, chocolat), de l’alcool (y compris le vin), de l’excès de viande et de produits laitiers, des épices.
  • Ne vous exposez pas à des variations climatiques intenses et brusques (température très élevée dans la maison et très froide dehors, ou l’inverse).
  • Soyez prudente avec le soleil et la chaleur en général (sauna, hammam, douches ou bains très chauds).
  • Ne fumez pas.

 Un petit coup de pouce mes dames utilisaient des huiles essentielles.

Quel que soit votre menu, prenez le temps de manger et surtout de bien mastiquer pour favoriser votre digestion.

Dans vos gâteaux, utiliser quelques gouttes d’huile essentielle de cannelle de Ceylan, un coupe faim très efficace.

Dans un yaourt ou une compote une goutte d’huile essentielle de Géranium.

Une goutte d’huile essentielle de sauge sclarée dans une pâte à tarte salée ou un ragoût.

commentaires

commentaires