Alerte à la surconsommation d’antalgiques

La mort surmédiatisée de Michael Jackson avait révélé que la star du rock abusait des anti-douleurs, des médicaments normalement prescrits sur ordonnance. Ils deviennent une véritable drogue aux États-Unis.

Anti-douleurs : 250 millions de prescriptions en 2013

Ces anti-douleurs étant conçus à partir de composés opiacés, ils ont des effets proches de l’opium chez ceux qui le consomment (soulagement, détente), mais ont également les mêmes effets secondaires, à commencer par la dépendance, mais ensuite, les troubles du métabolisme, pouvant aller… jusqu’à la mort. C’est l’abus de ces anti-douleurs, administrés à haute dose et de manière répétitive à Michael Jackson qui aurait provoqué sa mort. 

Les malades privés d’anti-douleurs se tournent vers des dealers

Aux États-Unis, les autorités sanitaires commencent à se préoccuper de la situation, estimant que les prescriptions atteignent un niveau inédit : plus de 250 000 ordonnances en 2013 ! Et quand les malades sont privés de ces médicaments par leur médecin, qui veut les sevrer, ils se tournent parfois vers des anti-douleurs de contrebande, vendus comme de la drogue par les dealers.

Désormais, les médecins sont encouragés à prescrire le paracétamol ou l’ibuprofène chaque fois qu’un anti-douleur est nécessaire, pour accompagner un soin ou une pathologie, là où ils auraient proposé des anti-douleurs plus puissants auparavant. Le marché des anti-douleurs pèse… 10 milliards de dollars par an, aux États-Unis.

commentaires

commentaires